Books on the MoveBooks on the Move

Schedule

Le Glob Théâtre, Bordeaux

Double bill evening

De terre et d'air: 2 new pieces

Cie Rêvolution - Anthony Egéa & Robert Keramsi

Timeess Ballet - Sohrâb Chitan

 

January 12 & 16-19, 2018. At 7:30p.m.

69 rue Joséphine, Bordeaux.

Books on the Move will be present from 7:00p.m. on.

 

Anima
Le chorégraphe Anthony Egéa à la tête de la Cie Rêvolution a toujours aimé les chemins de traverse entre les genres et les arts. Krump, hip hop, danse classique, son parcours de danseur-créateur multiplie les embardées hors-pistes. En 2010, il rencontre le sculpteur Robert Keramsi qui le pétrit de glaise lors d’une performance improvisée. L’expérience déplace une fois de plus son corps à un autre endroit. L’imaginaire de Robert Kéramsi faisant se renouveler l’expérience, les deux artistes ont envie de pousser plus loin cet entrelacs artistique dans Anima. L’un pensant aux mouvements saccadés et lents du smurf dans ses œuvres qu’il «charge de vie», l’autre souhaitant redéfinir le rapport au public dans une pièce au plus près des sensations et des spectateurs.<br />Sous nos yeux, dans le clair-obscur une sculpture prend forme sous les mains de Keramsi. Deux présences mouvantes s’ajoutent : celles d’Anthony Egéa, et de Sofiane Benkamla, danseurs hip hop de deux générations, qui donnent chair et mouvement à l’imaginaire du sculpteur. Pris dans le rythme tribal des percussions de Pierre Thibaud, un dialogue nait entre les regards figés et les corps animés. Les deux hommes se contorsionnent, comme désarticulés, libérant une anatomie d’un autre genre. De l’agile main de l’artiste au geste lent et saccadé du danseur quelque chose d’une troublante humanité se créé. Dans l’ombre la femme d’argile, immobile veille sur les deux hommes en mouvement. Vigie impassible d’un entre-deux arts.


Dhikr
Un musicien, aux percussions, plante un décor mental et imaginaire bien avant que n’entre en scène Sohrâb Chitan, figure du TIMEless Ballet, jeune compagnie néo-classique bordelaise. Sans autre ornement oriental que les sons qui s’élèvent, il s’élance dans une danse précise, vibrante. En trois temps, trois actes, sa pièce révèle un aller-retour nostalgique entre un monde lointain et celui advenu, entre un temps révolu de l’enfance et le présent à affronter. Le Moyen-Orient et l’Iran, d’où est originaire le danseur Sohrâb Chitan, sert de toile de fond à ce trio de musique et danse. Mais peu importe finalement où s’envolent nos pensées. Dhikr qui signifie remémoration en arabe, le souvenir aussi, nous porte avant tout sur des chemins intimes emprunts de spiritualité. Le mot n’est-il pas utilisé dans le soufisme pour indiquer une voie spirituelle ? Il y a de la nostalgie dans cette musique là, un vague à l’âme puissant, évocateur, universel, à la manière d’un fado déchirant.